01 septembre 2021

Attentes, compréhension et performance, par le président de l'APWA


Stan Brown, P.E., PWLF
Président de l’APWA
 
Note de la rédaction : Comme le veut la tradition, chaque nouveau président de l’APWA accorde une entrevue à l’APWA Reporter au début de son mandat à la présidence. De cette façon, les plans, les espoirs et les observations du nouveau président sont alors présentés.
 
Tout d’abord, quelques informations sur le président Stan Brown, P.E., PWLF, qui est consultant en services aux membres pour la Georgia Municipal Association, à Oakwood, dans l’État de Géorgie. M. Brown travaille pour des administrations locales depuis plus de 34 ans, occupant divers postes dans les domaines des travaux publics, de l’ingénierie et de la gestion en Géorgie, au Colorado et au Wyoming. Il est ingénieur professionnel agréé dans l’État de Géorgie et lieutenant-colonel retraité de la réserve de l’armée de l’air américaine. Son service militaire a impliqué des déploiements en Irak, au Koweït et au Kirghizistan. M. Brown a reçu la médaille « Bronze Star » de l’armée américaine pour service exceptionnel et méritoire en tant que commandant du génie des installations pendant l’opération Liberté irakienne. Il a pris sa retraite en 2020 en tant que directeur municipal de la ville d’Oakwood après 16 ans de service, et a également travaillé avec le Carl Vinson Institute of Government de l’Université de Géorgie en donnant des cours aux fonctionnaires et aux membres du personnel d’administrations locales sur des sujets liés aux travaux publics. Il continue à servir les administrations locales et les organisations de travaux publics en tant que consultant auprès de la Georgia Municipal Association.
 
M. Brown a siégé au conseil d’administration de l’APWA pendant cinq ans en tant que directeur technique, leadership et gestion et, l’année dernière, en tant que président élu de l’APWA. En 2015, il a été reconnu par l’APWA comme l’un des dix responsables des travaux publics de l’année. Il a été président du Lake Lanier Convention and Visitors Bureau, secrétaire administratif du comité de direction de la Hall County Joint Municipal Association, président du comité des petites villes/communautés rurales de l’APWA, président du comité des prix du chapitre de Géorgie de l’APWA et président de la branche nord-est de ce même chapitre.
 
Comment êtes-vous entré dans le secteur des travaux publics ? Je suis entré dans les travaux publics grâce à ma carrière dans l’armée de l’air. Je suis allé à l’Académie de l’armée de l’air américaine, j’ai obtenu un diplôme en génie civil et j’ai été affecté à un escadron de génie civil en tant que jeune sous-lieutenant. Notre unité était chargée d’entretenir les installations et les infrastructures de la base, de s’assurer que nous répondions à toutes les exigences de mission et de maintenir les opérations de l’aérodrome en bon état. J’ai continué à jouer ce rôle pendant cinq ans en service actif, puis je suis retourné à la vie civile. Heureusement, j’ai pu poursuivre ma carrière militaire dans la réserve de l’armée de l’air pendant encore vingt-trois ans.
 
Après avoir quitté le service actif, je suis retourné dans ma ville natale et j’ai découvert que la ville avait un poste vacant d’ingénieur municipal. En tant que lycéen, j’avais eu l’occasion, lors de la « Journée du gouvernement », d’observer le directeur de la voirie et j’avais été fasciné par la manière dont la ville fournissait les services de base dont les citoyens avaient besoin. C’est donc un véritable honneur d’avoir été choisi comme ingénieur municipal pour ma ville natale, Carrollton, dans l’État de Géorgie. D’une certaine manière, cela ressemblait à mon expérience militaire, sauf que dans ce cas, je m’occupais d’une ville et non d’une base. J’ai aimé apprendre à connaître les citoyens, dont certains avec lesquels j’ai grandi, et interagir avec les entreprises et les divers groupes d’intérêt. Cette expérience m’a conduit à une carrière dans le domaine des travaux publics et des administrations locales.
 
Quels sont certains des changements que vous avez constatés dans le domaine des travaux publics? Le plus important est l’impact de la technologie. En particulier lorsqu’on regarde les systèmes d’informations géographiques et les systèmes automatisés de commande de travail, y compris ceux où les citoyens peuvent dialoguer directement avec le personnel. Le monde évolue beaucoup plus rapidement que lorsque j’ai commencé à travailler dans ce domaine. À l’époque, tout se faisait avec un crayon (ou une machine à écrire) et du papier. Si vous aviez un ordinateur sur votre bureau, vous étiez en avance sur tous les autres. Aujourd’hui, la technologie nous fournit les informations essentielles dont nous avons besoin à portée de main et nous aide à prendre de bonnes décisions et à être de meilleurs gestionnaires des ressources communautaires.
 
Quelles sont certaines de vos principales réalisations ? Avec le recul, je dirais que la plus grande réalisation a été d’apprendre à impliquer le public dans les décisions communautaires. Lorsque j’étais le directeur des transports et des travaux publics dans le comté d’Athens-Clarke, en Géorgie, nous avions un certain nombre de projets qui étaient quelque peu controversés. Il y avait, par exemple, un projet d’infrastructure dans le centre-ville visant à rénover entièrement les infrastructures et à créer un nouveau paysage urbain. Bien que tout le monde ait adhéré à la vision, le processus de mise en œuvre a été douloureux en raison de l’impact et des perturbations inévitables pour les entreprises du centre-ville et la communauté universitaire. Grâce à une série d’assemblées publiques et d’interactions individuelles, nous nous sommes efforcés de résoudre les conflits et de trouver des solutions. L’une des leçons que j’ai tirées de ce processus est que, pour réussir, un projet doit être accepté politiquement (répondre aux valeurs de la communauté), être solide techniquement (résoudre le problème ou répondre au besoin identifié) et être viable sur le plan budgétaire. Aujourd’hui, vingt ans plus tard, je suis très fier de voir la transformation du centre-ville d’Athens et de savoir que notre équipe a joué un rôle dans la réalisation de ce projet.
 
Plus tard dans ma carrière, en tant que directeur municipal à Oakwood, en Géorgie, nous avons créé un service d’égouts municipal sans station d’épuration ni personnel. Nous y sommes parvenus exclusivement grâce à des partenariats, car nous avons pu négocier des ententes intergouvernementales avec trois villes et l’administration de comté. Grâce au service d’égouts et à la construction d’un certain nombre de projets de transport (un nouvel échangeur I-985, l’expansion d’un autre échangeur, une nouvelle promenade au cœur de la ville et l’élargissement des principales artères), nous avons pu créer une communauté dotée d’une solide assiette fiscale commerciale, d’une excellente qualité de vie et de plus d’emplois que de population. Ce résultat est le fruit d’un travail d’équipe entre le personnel et le conseil municipal, d’un maire visionnaire et d’employés compétents et efficaces dans la mise en œuvre.
 
Quelles seront vos priorités en tant que président de l’APWA ? Nous continuerons à promouvoir et à soutenir la profession des travaux publics sous le concept « Une APWA — Plus forts ensemble » et à être la référence pour tout ce qui concerne les travaux publics et les infrastructures. Nous ferons tout notre possible pour nous assurer que nos membres sont au fait de tout ce que nous avons à offrir à l’APWA, mais nous travaillerons également avec diligence pour comprendre ce dont nos membres ont le plus besoin. Par exemple, nous faisons un excellent travail en matière d’éducation et d’accréditation. Je veux m’assurer que ces ressources et possibilités sont clairement disponibles pour tous nos chapitres et tous nos membres. De plus, dans l’esprit « Une APWA », nous poursuivrons notre travail de diversité, d’équité et d’inclusion, et nous continuerons à respecter nos différences et à reconnaître que ces différences nous rendent vraiment « plus forts ensemble ».
 
Je veux aussi que nous tirions des leçons de la pandémie et que nous fassions quelques ajustements pour servir encore mieux nos membres. PWX@Home a été un grand succès pour atteindre nos membres virtuellement pendant la pandémie. Nous espérons tirer parti de ce succès avec notre nouveau programme « Pleins feux sur les travaux publics ».
 
Sur la base des recommandations de notre groupe de travail sur les opérations et l’entretien, j’ai hâte d’élargir nos efforts pour soutenir ceux qui sont sur le terrain et en première ligne. Au cours de la prochaine année, nous nous appuierons sur les efforts passés, tels que le « Roadeo » national, et serons une meilleure ressource dans le développement de notre personnel des opérations et de l’entretien qui mène à bien la mission des travaux publics jour après jour.
 
De plus, cette année, nous nous efforcerons d’offrir plus de valeur à nos grandes villes et comtés par le biais de la table ronde que nous avons commencée avant la pandémie et poursuivie pendant celle-ci. Nous poursuivrons nos efforts pour explorer notre rôle et notre engagement au niveau international, car nous avons tous beaucoup à partager et à apprendre sur les technologies et les innovations en matière de travaux publics dans le monde.
 
La clé du succès dans tous ces efforts sera de suivre notre plan stratégique qui nous a menés dans la bonne direction et nous a bien servi pendant la pandémie. Je veux m’assurer que nous restons concentrés sur notre mission, notre vision et les objectifs de valeur, de voix, d’éducation et d’accréditation, et d’engagement des membres et des chapitres.
 
Quels sont les points forts de votre engagement au sein de l’APWA? L’un des premiers moments forts a été ma participation au comité de direction du chapitre de Géorgie lorsque je suis devenu président de la branche nord-est. Lors de ma première réunion, j’ai entendu beaucoup de discussions sur la nécessité d’un programme de prix. Je me suis porté volontaire pour assumer le rôle de président du programme de prix, j’ai contacté le chapitre de la Floride pour étudier leur programme, puis j’en ai élaboré un pour notre chapitre qui récompense maintenant chaque année des individus, des projets, et des efforts techniques et de sensibilisation communautaire. Le programme fournit également une tribune pour améliorer la position de l’APWA auprès des conseils municipaux, des commissaires de comté et du ministère des Transports de l’État de Géorgie, puisque le chapitre présente des prix à ces groupes.
 
Plus récemment, j’ai eu l’honneur de siéger au conseil d’administration de l’APWA, de travailler avec nos différents comités et le conseil des chapitres et d’interagir avec nos membres. Sans aucun doute, le Conseil d’administration national de l’APWA est le meilleur groupe dont j’ai eu l’occasion de faire partie; nous sommes déterminés à faire ce qu’il y a de mieux pour notre association. Nous ne sommes pas toujours d’accord sur toutes les décisions, mais une fois qu’une décision est prise, nous travaillons ensemble et l’appuyons.
 
Qui vous inspire et qui ont été vos mentors? J’ai eu la chance d’avoir un certain nombre de mentors dans ma vie, mais il y en a trois qui se distinguent vraiment. Le premier est mon père. C’est un père formidable, le travailleur le plus acharné que j’aie jamais connu; il sert sa communauté et aime vraiment sa famille. Il m’a appris à travailler dur et à aimer Dieu et les autres. Mon père m’a donné assez de corde pour explorer et apprendre, mais il m’a aussi ramené à la raison si j’avais besoin d’une correction ou d’une leçon. Il était toujours là pour m’encourager à chaque événement de mon enfance : entraînement de football, match de basket ou activité pastorale. Ses exemples de service et sa décision de penser d’abord au bien-être d’autrui ont été déterminants dans ma décision de servir mon pays et de travailler dans une au sein d’administrations locales.
 
Pour ce qui est de mon expérience militaire, mon commandant de génie civil, Phil Stowell, a été mon mentor. Le colonel Stowell avait le don de s’assurer que chacun de ses officiers subalternes était le « préféré ». Il prenait le temps de vous encadrer et de vous apprendre à diriger les gens et à réussir. De lui, j’ai appris l’importance de prendre le temps de travailler avec ses employés et de les préparer pour le prochain niveau.
 
Mon mentor en matière d’administration locale est Al Crace, directeur municipal d’Alma, en Géorgie. J’ai travaillé pour lui deux fois dans ma carrière, en tant que directeur des transports et des travaux publics dans les deux cas. Al m’a appris à créer des attentes, à développer une compréhension, puis à être performant. Cette approche des attentes, de la compréhension et des performances m’a accompagné tout au long de ma carrière dans l’administration locale et le service militaire. Elle m’a bien servi et a renforcé la crédibilité de mon équipe. D’après mon expérience, une fois que vous avez gagné la confiance de vos supérieurs et de la communauté, ils auront l’esprit en paix sachant que lorsqu’un service ou un projet nouveau ou étendu est approuvé, il sera réalisé correctement et efficacement, et d’une manière qui répondra aux attentes ou les dépassera.
 
Parlez-nous de votre travail avec la Georgia Municipal Association. Mon travail au sein de la GMA me convient parfaitement, car je peux mettre à profit ce que j’ai appris de mon expérience au sein des administrations locales pour aider nos villes. Les petites villes ont souvent beaucoup de choses à faire, mais un personnel très limité. Je suis en mesure d’écouter leurs besoins et de les guider dans la bonne direction. J’apprécie les interactions et la possibilité de servir nos villes dans un rôle de consultant.
 
Quel a été l’impact de la pandémie sur votre travail au sein de la Georgia Municipal Association ? Il a été similaire à ce que la plupart des organisations et associations ont connu. J’ai travaillé principalement de la maison, mais j’ai utilisé des réunions virtuelles, les courriels et les appels téléphoniques pour atteindre et toucher autant de villes que possible. Au fur et à mesure des réouvertures, j’ai eu davantage de visites de sites et d’occasions d’interactions en face à face. Le travail s’est poursuivi pendant la pandémie, mais sous une forme différente.
 
Quel est le plus grand avantage que vous voyez à être membre de l’APWA ? Le réseautage — la camaraderie, le travail d’équipe, et le fait de connaître des personnes dans des situations similaires, d’avoir ce point de contact qui a déjà fait face à un défi particulier. L’APWA est comme une famille. Nous avons un objectif et une cause communs pour servir nos communautés et améliorer la qualité de vie de tous. En fin de compte, il ne s’agit pas d’un nouveau programme de formation ou d’efforts de défense de l’intérêt public sur une question spécifique, mais il s’agit vraiment de personnes et de liens sociaux. C’est ce que j’aime de l’APWA!


Liste des nouvelles