Nouvelle

Liste des nouvelles
10 novembre 2019

Forum municipal « Inondations : Repensons notre territoire » : l’UMQ affirme le leadership municipal en matière d’aménagement


L’Union des municipalités du Québec tenait le 7 novembre dernier un important Forum municipal pour repenser le territoire québécois à la lumière des inondations printanières des dernières années. C’est avec une participation de près de 175 déléguées et délégués, et en présence de la ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre, madame Geneviève Guilbault, de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, madame Andrée Laforest, et du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, monsieur Benoit Charette, que les élues et les élus municipaux ont manifesté le leadership des gouvernements de proximité en matière d’aménagement et réclamé du gouvernement des moyens financiers adéquats qui s’intègrent dans un nouveau cadre normatif adapté.

Un leadership municipal pour faire face aux inondations

Les inondations des printemps 2017 et 2019 ont démontré que le gouvernement du Québec et les municipalités doivent revoir leurs façons de faire pour mieux adapter les milieux de vie. C’est dans ce contexte que l’UMQ prend aujourd’hui le leadership afin que les gouvernements de proximité formulent de nouvelles solutions pour prévenir les effets des crues printanières. « Les municipalités sont en première ligne lorsque vient le temps d’intervenir pendant les catastrophes naturelles. Malheureusement, le cadre réglementaire actuel sur les inondations est dépassé et empêche le monde municipal de faire son travail pour repenser le territoire et offrir des réponses adaptées aux phénomènes météorologiques extrêmes. Dit autrement, nos façons de faire d’une autre époque rencontrent le climat d’aujourd’hui », a déclaré monsieur Alexandre Cusson, président de l’UMQ et maire de Drummondville, à l’ouverture du Forum municipal.

L’UMQ constate que les zones inondées lors des dernières crues ont souvent largement dépassé les secteurs identifiés comme inondables et que la politique de protection des rives du littoral et des plaines inondables s’est montrée inefficace dans ce contexte. « Pendant 40 ans, on s’est concentré sur la récurrence des inondations. Pourtant, avec l’accélération des changements climatiques, c’est un outil défectueux et peu précis. Les municipalités sont mobilisées pour revoir la façon dont on pense notre territoire et son aménagement. C’est un leadership qui doit pouvoir compter sur un investissement du gouvernement du Québec », a ajouté Monsieur Cusson.

Un nouveau cadre normatif adapté et des moyens financiers adéquats

Afin de mieux préparer les municipalités aux prochaines crues printanières, l’UMQ travaille présentement avec des spécialistes et des scientifiques sur un nouveau cadre normatif. « Les municipalités veulent changer les règles entourant l’aménagement du territoire pour mieux faire face aux inondations. Notamment, il faut se concentrer sur le risque et la gravité que représente une zone inondée dans nos villes. Cet élément de réflexion, parmi d’autres, est au cœur de l’élaboration de notre proposition que nous présenterons au gouvernement du Québec », a révélé le président de l’UMQ.

Parmi les autres solutions mises de l’avant, monsieur Cusson a particulièrement insisté sur l’utilité du nouveau Fonds d’électrification et de changements climatiques et du Plan d’électrification et de changements climatiques, actuellement en élaboration. « Ces deux initiatives doivent devenir une priorité stratégique. Outre une meilleure cartographie sur laquelle les municipalités travaillent déjà, il faudra également lancer des travaux et des ouvrages pour adapter le territoire. On ne peut plus se contenter de mesurettes. Et ces investissements doivent se faire en complément d’un effort important dans le domaine où il y a le plus de potentiel de réduction des GES : le transport. Bref, il faut s’adapter et lutter contre les changements climatiques », a-t-il conclu.

Rappelons que l’UMQ, en partenariat avec le consortium Ouranos et le Groupe AGÉCO, a dévoilé plus tôt cette année une étude inédite qui chiffrait à quatre milliards $ le coût de l’adaptation aux changements climatiques pour les municipalités québécoises dans les cinq prochaines années.


La voix des gouvernements de proximité
Depuis sa fondation en 1919, l’UMQ représente les municipalités de toutes tailles dans toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer, à l’échelle nationale, un leadership pour des gouvernements de proximité efficaces et autonomes et de valoriser le rôle fondamental des élues et élus municipaux. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité: municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.



Renseignements: Patrick Lemieux, 514 282-7700, poste 279, plemieux@umq.qc.ca

objects