01 mai 2021

Boîte à outils hivernale de l'APWA - Le temps file quand on s’amuse


Wilf Nixon, Ph.D., P.E., PWLF, Président, Professional Snowfighters Association, Iowa City, Iowa; membre du sous-comité de l’entretien hivernal de l’APWA
 
Plus tôt cette année, j’ai découvert (avec l’aide de Rita Cassida, membre de l’équipe de l’APWA; merci Rita!) que le présent mois (mai) allait marquer les vingt ans de mon adhésion à l’APWA. Je n’arrivais pas à croire que cela faisait si longtemps! Mais comme j’ai beaucoup aimé m’impliquer au sein de l’APWA, il n’est peut-être pas trop surprenant que le temps ait passé si vite.
 
Il serait un peu risqué (en raison de ma mémoire défaillante) de me pencher sur l’évolution de l’entretien hivernal au cours des vingt dernières années, si ce n’était d’un document rédigé pour le Transportation Research Board à l’occasion du nouveau millénaire. Le document, intitulé Entretien hivernal des routes : un regard vers l’avenir, mentionnait les domaines dans lesquels des développements techniques contribueraient à améliorer nos pratiques en matière d’entretien hivernal, et indiquait également certains domaines dans lesquels des défis devaient être relevés. De manière générale, le contenu du document a bien vieilli.
 
En 2001, quatre domaines représentaient des enjeux majeurs en matière d’entretien hivernal : les prévisions météorologiques; les stratégies d’antigivrage; les nouveaux outils, équipements et techniques; et la formation, l’éducation et le transfert technologique. Ces quatre domaines restent importants aujourd’hui, mais ils ont également connu des changements considérables, ce dont nous devrions nous réjouir en général!
 
Dans le domaine des prévisions météorologiques, quatre défis spécifiques avaient été identifiés : introduire l’état de la chaussée dans les prévisions; développer des systèmes de capteurs mobiles fiables; l’utilisation des données dans des applications de commande en temps réel; et partager l’information avec tous les utilisateurs finaux possibles. Ces quatre défis ont été relevés, ce qui constitue une réussite remarquable. Les prévisions de l’état de la chaussée que nous recevons sont beaucoup plus fiables qu’il y a vingt ans (mais je dois ajouter que nous pouvons toujours nous moquer des météorologues si nous le voulons, car ce sont les seules personnes qui peuvent se tromper la moitié du temps et conserver leur emploi!) Les systèmes de capteurs mobiles sont une réalité de nos jours et s’avèrent de plus en plus précieux chaque saison hivernale. Lorsqu’elles sont utilisées correctement (et oui, cela reste un défi), les données de tous ces capteurs fournissent une image beaucoup plus complète de nos opérations, et comme nous pouvons maintenant mesurer ce que nous faisons plus efficacement, nous pouvons également gérer nos opérations plus efficacement. Et nous utilisons les informations recueillies par ces capteurs pour informer non seulement nos propres opérations, mais aussi les voyageurs (par exemple, avec tous ces sites Web qui permettent de suivre les opérations de déneigement) afin qu’ils soient plus au courant des conditions réelles de la route avant même de quitter leur maison et de prendre leur voiture.
 
Dans le domaine des stratégies d’antigivrage, les choses ne se sont pas passées aussi bien. La question ici n’est pas de savoir comment lutter contre la glace; nous le savons depuis le milieu des années 1990 et nous avons affiné les outils, les méthodes et les approches depuis lors pour inclure de meilleurs systèmes et approches de distribution, tels que les applications de bouillie et les voies uniquement liquides. Le document de 2001 notait avec prescience que « le principal défi dans le domaine de l’antigivrage est de mettre en œuvre une stratégie radicalement nouvelle… ». Et l’un des problèmes à résoudre était le déploiement à grande échelle des techniques d’antigivrage pour toutes les tailles et tous les types d’organisations. Bien que beaucoup plus d’organisations utilisent les méthodes d’antigivrage aujourd’hui qu’en 2001, et que ces organisations récoltent les avantages substantiels offerts par l’antigivrage (amélioration de la sécurité, diminution de l’utilisation de sel et réduction significative des coûts), il y a encore beaucoup d’organisations qui n’utilisent pas l’antigivrage, et ce défi nécessite une attention continue.
 
Les nouvelles sont meilleures dans le domaine des nouveaux outils et techniques. L’un des défis énoncés à cet égard était d’améliorer l’utilisation du GPS pour fournir davantage d’informations sur le déploiement de la flotte, ce qui s’est certainement produit et continue de se produire et de se développer dans les opérations à travers l’Amérique du Nord. Il est intéressant de noter que, dans le domaine des nouveaux outils, le document passe complètement à côté de deux développements importants : le chasse-neige doté d’une remorque et l’utilisation d’arêtes de coupe composites avancées. Le premier permet (dans les bonnes circonstances) de presque doubler l’efficacité du déneigement d’un seul camion, tandis que la seconde permet aux chasse-neige de dégager la neige et la glace de la surface de la chaussée de manière beaucoup plus efficace. C’est un rappel que tous les développements ne sont pas prévisibles!
 
La section consacrée à la formation, à l’éducation et au transfert technologique est quelque peu désuète dans le monde d’aujourd’hui, car elle parle des sites Web comme de nouveaux outils à cet égard. L’un des défis en particulier est toujours d’actualité, et le sera probablement toujours, à savoir le développement de « nouveaux moyens de communication pour éduquer et former… plus efficacement ». C’est ce que nous avons tous fait au cours de la dernière année, alors que nous nous sommes efforcés de relever les défis et les limites que nous impose la pandémie de COVID-19.
 
Alors, que nous ont apporté les vingt dernières années, qui ont passé si vite? Certaines améliorations substantielles, certains défis non relevés, certains changements inattendus et très avantageux, et la prise de conscience que certains défis semblent perdurer malgré le passage du temps. Mais ce qui est peut-être le plus important, c’est que ces vingt années ont été remplies de bons moments, d’amitiés, d’apprentissage et de plaisir, et j’espère qu’il en sera de même à l’avenir!
 
Vous pouvez communiquer avec Wilfrid Nixon par téléphone au 319 594-4447 ou par courriel à wilf@psassoc.org.


Liste des nouvelles