Nouvelle

Liste des nouvelles
26 août 2020

Boîte à outils hivernale de l'APWA - Les médias sociaux et les tempêtes hivernales, par l'APWA


Wilfrid Nixon, Ph.D., P.E., PWLF, Président, Professional Snowfighters Association, Iowa City, Iowa; membre du sous-comité de l’entretien hivernal de l’APWA

Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, les médias sociaux sont devenus l’un des principaux moyens de partage de l’information dans le monde d’aujourd’hui. Malheureusement, c’est aussi une méthode clé de partage de la désinformation (ou à tout le moins, d’informations erronées). Dans le domaine des travaux publics en général, et en ce qui concerne les tempêtes hivernales en particulier, nous voulons nous assurer que de bonnes informations parviennent à la communauté que nous servons et, dans la mesure du possible, nous voulons empêcher la diffusion d’informations erronées. Comment y parvenir?

La première chose que nous devons comprendre est : que nous ayons eu l’intention d’y être ou non, notre organisation est présente sur les médias sociaux. Si nous n’avons pas de compte officiel pour notre ville ou notre département des travaux publics, nous avons quand même une présence, mais ce n’est pas une présence que nous contrôlons. Ce n’est pas une bonne chose! Quelqu’un, quelque part sur les médias sociaux, dit des choses sur ce que nous faisons, et si ce n’est pas nous qui le disons, alors l’information pourrait bien être erronée (et probablement pas flatteuse; les médias sociaux semblent encourager les personnes par ailleurs polies à être très grossières d’une manière qu’elles ne seraient pas au téléphone ou dans une conversation en face à face). La première étape consiste donc à être proactif, à se créer un compte (au moins un pour Facebook et un pour Twitter, mais vous pourriez aussi envisager Parler, Instagram, YouTube, Pinterest et LinkedIn; bien entendu, cette liste évoluera au fil du temps et certains de ces noms disparaîtront — vous souvenez-vous de MySpace?), et à publier des informations sur ce que vous faites pour votre communauté.

Ce qui soulève le deuxième élément à considérer : que devrions-nous partager par le biais de ces réseaux sociaux? Je crois qu’il faut d’abord que vous le sachiez clairement avant de commencer, car vous devrez décider si votre département des travaux publics peut s’en sortir avec un seul compte, ou si vous avez besoin de comptes séparés pour différentes tâches. Et dans quelle mesure devriez-vous partager avec les autres départements de la ville? Voulez-vous que les informations sur le ramassage des ordures et le déneigement passent par le même compte? Cela dépendra au moins en partie de la taille de votre ville (les comptes de médias sociaux doivent être gérés; plus il y a de comptes, plus la gestion sera importante). Alors, avez-vous besoin d’un ou de plusieurs comptes? Si vous avez un compte, qui est responsable des publications sur ce compte? Avoir une seule personne responsable du compte simplifie les choses, mais qui prend le relais lorsque cette personne est en vacances ou malade? Et oui, vous aurez besoin de règles bien définies sur ce qui peut et ce qui ne peut pas être publié. Des idées de publications qui peuvent sembler drôles ou intéressantes au bureau ou à la cafétéria peuvent paraître un peu différentes dans la dure réalité des médias sociaux!

Si vous décidez de couvrir plusieurs types d’informations sur un seul compte, veillez à ce que chaque publication ait un identifiant au début afin que les personnes puissent savoir quelles informations sont présentées avant même de lire le texte. Ainsi, une publication sur une tempête de neige aurait un identifiant NEIGE au début, tandis qu’une publication sur des travaux de réfection aurait un identifiant différent (CHAOS, peut-être?).

Ensuite, il s’agit de savoir ce qu’il faut partager sur les médias sociaux dans le cas de tempêtes de neige. Je ne partagerais probablement pas la prévision qui dit que nous pourrions recevoir 15 cm de neige dans dix jours, parce que cette prévision va presque certainement changer avant que nous y arrivions (non pas que les prévisions puissent être erronées, bien sûr!). Mais une fois que vous vous approchez du moment où vous allez commencer à réaliser des opérations sur le réseau routier en rapport avec une tempête à venir, il est logique de commencer à informer votre communauté que des choses vont se passer. Donc, si nous sommes lundi et que vous avez une prévision de tempête pour mercredi, et qu’en conséquence, vous allez probablement envoyer vos camions sur des parties de votre réseau routier pour des opérations d’antigivrage mardi, c’est un bon moment pour informer la population que les camions sortiront demain pour des opérations.

Tout cela est bien en hiver, mais qu’en est-il de ces longs mois d’été où il n’y a pas d’opérations hivernales à rapporter? Eh bien, vous êtes quand même occupés : à nettoyer vos camions et à les préparer pour le travail d’été, à entreposer les chasse-neige et les épandeurs, etc. Toutes ces activités peuvent être photographiées et partagées sur les médias sociaux (qui adorent les photos!) et faire comprendre au public que les chasse-neige n’apparaissent pas soudainement comme par magie lorsqu’une tempête survient. Si possible, pendant les mois les plus calmes, vous voulez publier une fois par semaine environ. Si rien ne se produit en lien avec l’hiver (pas de livraison de sel et pas de réparation de chasse-neige, par exemple), vous pouvez toujours publier une photo de votre équipement hivernal « au repos » pendant l’été!

Vous pensez peut-être que cela semble être beaucoup de travail, et en effet, cela nécessite beaucoup d’efforts. Mais les réseaux sociaux peuvent également être un conduit d’information très utile pour votre communauté afin qu’elle sache ce qui se passe et puisse (peut-être) adapter ses propres informations en conséquence. Et, ce qui est peut-être tout aussi important, si vous ne dites pas aux gens ce qui se passe, quelqu’un d’autre pourrait publier des informations, une personne qui ne sait pas vraiment ce qui arrive, qui peut avoir une dent contre vous, ou qui pense simplement qu’elle sait ce qui est le mieux malgré son manque d’expérience et de connaissances. Il est important de faire entendre la voix des travaux publics, de faire savoir à nos communautés ce que nous faisons et comment nous abordons les différentes tâches qui nous incombent.

Vous pouvez communiquer avec Wilfrid Nixon par téléphone au 319 594-4447 ou par courriel à wilf@psassoc.org.
objects